Sélectionner une page

Premier Concert au Théâtre de la Fontaine d’Argent en 2017

Ce qu’il y a de bien avec cette drôle d’époque, c’est qu’on peut avoir envie de revenir vers soi, de se retourner aussi… J’ai regardé ce concert de septembre 2017, dans ce charmant Théâtre de la Fontaine d’Argent, pour l’ouverture du Festival de la Chanson Française d’Aix-en-Provence. C’était mon premier concert, un défi.

Après plus de 20ans sans elle, je reprenais le chemin de la musique et composais sur la pointe des pieds. Lorsqu’elle a écouté 3 de mes compositions, la directrice du festival, Patricia Pélissié, m’a proposé une scène… Je ne pouvais pas dire non, n’est-ce pas ? Elle ne savait pas alors que ces 3 chansons étaient les seules. Ce festival est un tremplin pour les « jeunes » auteurs, compositeurs, interprètes de la chanson française. En l’espace de quelques petits mois, il me faudrait donc composer suffisamment de chansons pour remplir 1h de musique…et, assumer la tête d’affiche.

J’ai respiré fort le parfum des fleurs, soufflé sur la bougie, et j’ai foncé.

Rencontre avec les musiciens : magie

Chemin faisant, je rêvais d’orchestration, de complices de voyage. C’est en dernière ligne droite, que la magie de la vie a créée un de ces fameux hasards-rendez-vous avec Anna, violoniste aux yeux bleus, talentueuse et sensible, le charme slave et la fossette canaille; et c’est grâce à Kristian Schott, son extraordinaire mari, » l’homme qui parle avec son violon « , rencontré lorsque j’écrivais mon mémoire de musicothérapeute. Anna aime ma musique, Anna serait heureuse de jouer avec moi…. je me sens tellement gâtée. Puis Anna & Kristian me présentent Jean-Pierre Almy. Au départ, je n’ose pas. Jean-Pierre a joué avec de grands Jazz-Men & Women, et il m’impressionne. Mais 2 semaines avant le concert, la musique gagne ! Fin, curieux, généreux, tellement pro…la classe de contrebassiste ! Deux musiciens parfait qui deviennent des amis.

J – 2, le trio répète pour la première fois. Fébrilité absolue, Joie, un rêve d’enfant qui dit :  » ENFIN, pousse toi que je m’y mette !  » Surréaliste …

Le voyage intime : La scène

Jour J, trop affairée à préparer la scène avec ses galères, j’ai pas le trac, je mange des cacahouètes, je semble flotter dans l’air plutôt que de marcher, une joie me porte.

Puis, c’est l’heure, j’entends qu’on m’appelle, j’y vais.

Il fait noir et puis la lumière vous éclaire un peu aussi, je vous vois pour la première fois, et … ça y est j’ai peur ! Mes doigts se posent sur le piano et se souviennent tandis que ma gorge se sèche et que j’oublie parfois les paroles. La scène devient un ring, je dois tenir, et j’y reste un peu K.O. jusqu’à la fin. En même temps, je sens que je suis là où je dois être, quel bonheur! Enfin, pour être tout à fait sincère, ce bonheur est arrivé 4 jours après. Quand j’ai réalisé que OUI je l’avais fait ! Et que j’ai pu sortir la tête de mes insatisfactions du perfectionnisme saboteur. Pourtant, ces vidéos, je n’ai jamais pu les regarder depuis…

Aujourd’hui, je les délivre et je vous les offre.

Voici La Lumière, celle que chacun de nous, un jour, entrevois.

« Je n’ai plus peur, j’ouvre mon coeur, j’ouvre mes bras… » Basta !